Excite

Mario Monti nommé

L’Europe est plongée dans une crise sans précédent, des pays comme la Grèce ou le Portugal sont très mal en point, puis des États comme l’Italie sont également dans une très mauvaise passe. Comme prévu Papandréou a quitté ses fonctions en Grèce, c’est un peu comme en football quand l’entraineur ne fait plus l’affaire, il est remplacé. Pour continuer la comparaison, l’Italie s’est doté d’un entraineur à contrat indéterminé et après dix longues années à la tête du pays, Silvio Berlusconi a terminé son mandat.

Ciao il Cavaliere

Aucune élection a eu lieu, le président italien Napolitano avait finement préparé cette sortie, en avançant ses pions tel un stratège de haut-vol. Berlusconi a donc quitté ses fonctions la semaine dernière. Son successeur a beaucoup de travail pour sortir l’Italie de la crise mais aussi pour reconquérir une population qui n’a plus aucune foi en la politique du pays après toutes ces années du Cavaliere. Cette sortie de crise impose comme toujours au peuple des efforts considérables. « Sa tâche sera de redresser une économie structurellement faible, de s'assurer que l'Italie survit sur les marchés et dans la zone euro et de revitaliser des réformes au point mort promises à l'Union Européenne et au FMI » indique Eoin Ryan d’IHS Global Insight.

Monti en sauveur

L’homme qui sera en charge de l’Italie pour les années à venir se nomme Mario Monti. Le peuple s’en réjouit « Berlusconi à la casa, c'est comme si on avait gagné la coupe du monde politique » concède un habitant de Rome. Monti arrive donc en qualité de sauveur et son action devra se faire dans « l’urgence mais avec soin ». Cependant il reste très confiant et estime que l’Italie peut sortir de la crise grâce à des efforts communs. « Avec Berlusconi, on s'est bouché le nez, avec Monti, on va serrer les dents » s'exclame cette Italienne.

Ce discours tranche avec le style Berlusconi fait d’opulence et de spectacle, Monti a un objectif et ne compte pas s’éparpiller. Le monde politique est dévouer à ce nouveau chef, les Italiens également puisque Monti récolte 77% d'opinions favorables. Avec cet engouement post-Berlusconi, parviendra-t-il à sortir l'Italie de la crise et relancer la croissance ? Réponse dans quelques mois...

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017