Excite

Mort d'Aimé Césaire

La triste nouvelle était attendue depuis quelques jours. Aimé Césaire est mort, jeudi 17 avril au CHU de Fort-de-France, en Martinique où il était hospitalisé depuis le 9 avril. Il avait 94 ans. En son honneur, des obsèques nationales seront organisées dimanche.

Fils d’un père enseignant et d’une mère couturière, Aimé Césaire faisait partie d’une fratrie de sept enfants. Né en Martinique, son île de toujours, véritable muse de son œuvre de poète, il y débutera ses études avant de poursuivre sa scolarité à Paris, au Lycée Louis-le-Grand, comme boursier.

C’est là qu’il fera la rencontre qui façonnera son destin. Celle d’un autre africain venu poursuivre ses études en France: Léopld Sédar Senghor, futur président sénégalais. C’est ensemble qu’ils établiront le concept de "négritude".

Derrière le terme se cache un mouvement d’émancipation de l’Afrique et de sa culture, loin de l’assimilation prônée par la France colonialiste. Par la suite, sorti de l’Ecole normale supérieure, Aimé Césaire plonge dans l’écriture. Pour lui, ce sera la poésie. Et un talent reconnu et salué. Ses textes phares: "Cahier d’un retour au pays natal", "Soleil cou coupé", "Ferrements". Auteur de théâtre, Césaire signera aussi "La Tragédie du roi" ou encore "Une saison au Congo".

Mais outre ses activités littéraires, Aimé Césaire a aussi eu une vie politique intense. Communiste jusqu’en 1958, il quitte le parti pour fonder le Parti Progressiste Martiniquais (PPM) dont le programme appelle à l’autonomie de son île natale. Aimé Césaire aura surtout été maire de Fort-de-France durant 50 ans ainsi que député de Martinique.

Une île qui se réveille aujourd’hui orpheline. Alors que trois jours d’hommages sont programmés avant les obsèques nationales.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017