Excite

Mouvement des lycéens: la tension monte

Le France serait-elle entrain de revivre Mai 68? Lycées occupés, proviseurs agressés, rassemblements marginaux mais violents, la tension monte d’un cran partout en France autour de la réforme du ministre de l’Education Xavier Darcos.

Malgré la journée de mobilisation nationale où le ministre de l’Education a essayé de rassurer les lycéens et leurs parents, les élèves continuent leur mobilisation partout dans l’Hexagone et ne semblent pas prêts de lâcher prise.

Les lycéens se sont en effet rassemblés par milliers hier, pour protester contre les réformes de l’Education nationale et se préparent encore à plusieurs journées nationales d’actions avant les vacances de Noël.

Face à l’ampleur de cette grève lycéenne nationale, Xavier Darcos est revenu sur ses dires en direct sur RMC en assurant que "le baccalauréat restera ce qu'il est". Il a également promis que les filières scientifiques, littéraires, économiques et sociales ne seront pas supprimées. "On les appellera peut-être différemment, mais il y aura toujours ces dominantes là, a-t-il affirmé. Je ne prévois pas de mutation brutale. ".

Mais rien à faire, la mobilisation des lycéens fait l’effet d’une boule de neige. En effet, au début de la semaine, le sud et l’ouest étaient les plus mobilisés, mais le mouvement de grève semble s’amplifier partout ailleurs: à Rennes (3.500), Quimper (2.000), Nantes (1.500) et Caen (1.000) et tant d’autres. En Vendée, les lycéens ont même tenté de perturber l'inauguration de la ligne TGV Paris/Sables d'Olonne.

Plusieurs incidents ont éclaté entre les jeunes et les forces de l’ordre et ces derniers ont même eu recouru aux grenades lacrymogènes pour essayer de repousser les lycéens, qui ne semblent pas prêts de céder. Ils appellent à une nouvelle mobilisation nationale le jeudi 18 décembre.

Quelle sera la réaction du ministre de l’Education pour essayer de calmer le jeu?

Photo: rtbf.be

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017