Excite

Newtown enterre ses premiers morts et l'Amérique s'interroge

  • John Moore, Getty Images News

La petite ville de Newtown enterre ses premiers morts et l'Amérique entière s'interroge sur ses propres maux. Pourquoi le pays est-il frappé par de telles tragédies ? Armes, éducation, valeurs, société du spectacle, exclusion, compétitivité, Dieu, d'où vient la faille ? L'identité des Etats-Unis serait-elle écornée si on devait toucher au deuxième amendement de la Constitution consacrant le "droit des gens à détenir et à porter une arme" ? La faute à qui ? Petit tour des citations pour tenter d'y voir plus clair.

Ce que dit la National Rifle Association (NRA)

La NRA, le lobby des armes a feu a préféré rester en retrait après la tragédie de Newtown. Elle s'est contentée de diffuser un communiqué dans lequel elle disait qu'elle ne voulait pas commenter "tant que les faits ne sont pas soigneusement établis". Après la fusillade de l'université de Virginia Tech qui avait fait 32 morts en 2007, la NRA avait réagi en militant pour le port d'armes dans les campus. Depuis la tragédie de Newtown, la NRA se fait de plus en plus discrète. Elle a effacé sa page Facebook et fait taire son Twitter (aucun tweet depuis le 14 décembre).

Michael Moore "le débat sur le contrôle des armes est putain de fini"

Michael Moore, auteur du documentaire Bowling a Columbine sur le massacre de la Columbine High School n'a pas tardé à réagir dans la presse et sur Twitter. Michael Moore, un des plus fervents détracteurs du lobby des armes à feu aux États-Unis estime que cette énième tragédie devrait porter à un encadrement plus strict du port des armes. Il a décidé de diffuser Bowling a Columbine librement : "J'ai dit ce que j'avais à dire il y a dix ans. Rien n'a changé. Vous pouvez regarder cette version piratée gratuitement" explique le réalisateur. "L'heure est à l'action. Le temps des débats et des discussions est terminé. C'est comme pour la question de la "légitimité du viol": le débat sur le contrôle des armes est putain de fini". La vidéo est actuellement visible sur Youtube.

Barack Obama : "Nous devons changer"

C'est la quatrième visite de Barack Obama sur les lieux d'une fusillade meurtrière depuis son arrivée au pouvoir il y a près de quatre ans. Le président américain a appelé son pays à se demander si "nous en faisons assez pour protéger nos enfants". "J'ai réfléchi à cela ces derniers jours, et si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, la réponse est "non"". "Nous ne pouvons pas accepter que des événements comme ceux-ci deviennent la routine(...).Ces tragédies doivent prendre fin. Et pour y mettre fin, nous devons changer". "Sommes-nous prêts à dire qu'une telle violence qui s'abat sur nos enfants année après année est, d'une façon ou d'une autre, le prix de la liberté ?". "Dans les semaines à venir, je mettrai à profit tous les pouvoirs que mes fonctions recèlent pour m'entretenir avec mes concitoyens, des forces de l'ordre aux professionnels de la psychiatrie, en passant par les parents et les enseignants, pour oeuvrer à éviter d'autres tragédies comme celles-ci", a déclaré le président américain.

Dieu ne va pas "là où il n'est pas invité"

Bryan Fischer, l'animateur radio évangélique a estimé quant à lui que Dieu n'avait pas empêché la tragédie parce qu'il n'y a plus de prière à l'école : "Il ne va pas là où il n'est pas invité." Le révérend Fischer a spécifié que, dans sa jeunesse, "il y avait la prière à l'école – la Bible et les 10 commandements – et personne n'avait besoin de fusils".

Jeux vidéos, Facebook, réseaux sociaux : "la perte de soi dans les activités en ligne"

Jeux vidéo violents, Internet et aliénation, à chaque tuerie on retrouve les nouvelles technologies sur le banc des accusés. Sur le blog du Monde Big Browser on peut lire qu'à "chaque tuerie et fusillade a son lot de débats et de commentaires sur les causes qui ont pu provoquer le passage à l'acte du tueur. La tragédie de Newtown n'échappe pas à la règle. Peu importe si le tueur Adam Lanza était un joueur ou pas. L'argument est placé sur la table, à priori. Au lendemain de la fusillage on pouvait entendre sur les antennes d'Europe1 qu'Adam Lanza et ses amis "passaient de longs moments à jouer aux jeux vidéo", et qu'il "adorait ce qui venait du Japon, il collectionnait les cartes Pokemon et jouait sur sa console PlayStation à Dynasty Warriors, un jeu de combat avec armes à feu sorti dans les années 1990". Fox News a évoqué plus largement les tares de la société du spectacle en général, "la perte de soi dans les activités en ligne", "Facebook" et la "télé-réalité" qui "n'aidaient pas à la prévention de tels actes"

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017