Excite

Obama / McCain: une égalité au détriment d’Hillary Clinton

Selon un sondage Reuters/Zogby, publié hier, c’est Barack Obama qui tirerait son épingle du jeu dans le duel démocrate pour une place à la Maison Blanche, en novembre prochain.

John McCain est considéré comme un meilleur "économiste" que les deux démocrates. Il devance Barack Obama de trois points et Hillary Clinton de cinq pour ce qui est de savoir qui gérerait le mieux l'économie du pays. Dans la course à l'investiture démocrate, Barack Obama renforce nettement son avantage national sur Clinton (51% contre 38% des intentions de vote).

Le sénateur de l’Illinois tire un peu mieux son épingle du jeu dans l'optique de duels en tête à tête. Il avait six points de retard sur John McCain le mois dernier. Il se retrouve désormais, au même niveau que lui à 45%. Hillary Clinton est à cinq points en dessous du républicain (46% - 41%). Obama serait même donné vainqueur d’une très courte tête en novembre lors des élections américaines pour accéder au bureau ovale.

Alors qu'une primaire démocrate est prévue mardi prochain en Pennsylvanie, Obama s'est attiré de virulentes critiques d'Hillary Clinton et de John McCain pour avoir dit que les "Américains moyens" étaient remplis d'amertume du fait des problèmes économiques, qu'ils se rabattaient sur les armes à feu, la religion et l'hostilité à l'égard des immigrants. On ne sait pas encore dans quelles mesures, ces déclarations auront un impact sur les électeurs.

Il n’en reste pas moins, qu’il semble qu’Hillary Clinton attende plus une faute de son adversaire démocrate, qu’elle n’agisse. Elle était extrêmement présente et virulente au début de sa campagne. Aujourd’hui, on l’a trouve beaucoup plus effacée. Les sondages donnent raison à Obama qui supplante Clinton auprès des électrices (48% - 42%) et de l’electorat blanc (46% - 41%).

A dix scrutins de la convention démocrate, Barack Obama détient une avance quasi insurmontable en ce qui concerne les délégués acquis. Mais aucun des deux candidats n'est susceptible d'obtenir assez de délégués pour l'emporter sans le secours des quelque 800 superdélégués (personnalités et responsables de partis) qui sont libres de soutenir qui ils veulent.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017