Excite

Ok So-ri: 8 mois avec sursis pour adultère

Une simple affaire d’adultère relance un débat sur le statut criminel des liaisons extraconjugales en Corée du Sud. Ce pays développé, est encore l’un des rares à condamner les femmes pour ce délit. C’est la Cour constitutionnelle qui est saisie pour prononcer le bien-fondé du délit d’adultère.

Elle aurait pu obtenir beaucoup plus. Le procureur avait requis contre elle, 18 mois de prison ferme. Elle s’en sort plutôt bien: 8 mois avec sursis. Mais toute cette affaire est plus importante que cela. L’actrice Ok So-ri conteste sa peine, rappelant l’article 241 du Code pénal sur le délit d’adultère. Depuis janvier 2008, Ok So-ri avait saisi la Cour constitutionnelle, apte à juger de telles affaires.

Son mari avait porté plainte, lui reprochant deux aventures: une avec un cuisinier italien, l’autre avec un chanteur plus jeune. Le public l’avait à l’époque lynché. Le mini-scandale faisait la une des magazines people. Sauf que, au moment des réquisitoires en novembre dernier, l’accusée avait pris la parole dénonçant les frasques connues de son époux, mais jamais condamnées.

"Pak Chol gagnait bien sa vie, mais dépensait tout dans les bars à filles, les cabarets et les salons de massage. Il a couché avec beaucoup de femmes, mais seulement dix fois avec moi en onze ans de mariage! Si vous estimez que j'ai fauté plus que lui et que mon acte mérite vraiment d'être condamné, alors j'accepterai ma punition". Estimant que la vie sexuelle de son mari tout comme la sienne doivent être jugées à même équivalence, elle questionna l’État sur son rôle intrusif dans la vie des couples.

Peine perdue, même si la Cour constitutionnelle a tenu des réflexions à ce sujet en 1990, 1993 et 2001, le délit d’adultère reste conforme à la loi "pour garantir l'éthique dans le domaine sexuel, la monogamie et la préservation de la vie familiale". Pour autant, Ok So-ri tient bon, elle a déposé une requête devant la Cour demandant si "une liaison extraconjugale était une trahison ou un crime".

L’ancienne directrice de l’Association contre la violence sexuelle, Im Chae-ryon constate avec beaucoup d’émoi, le courage de l’actrice et "espère que cette affaire entraînera une véritable réflexion qui aboutira à la suppression du délit d'adultère".

Photo: nt2099.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017