Excite

Pakistan : les talibans interdisent la vaccination anti-polio

  • Daniel Berehulak/ Getty Images News

Au Pakistan, 56 cas de polio ont été recensés depuis le début de l'année. Malgré la menace bien réelle que représente cette maladie virale encore endémique dans le pays, les campagnes de vaccination contre la poliomyélite sont prises de mire par les autorités religieuses et des talibans. Des attaques contre les bénévoles et humanitaires ont déjà fait plusieurs victimes.

La polio est une maladie infectieuse et contagieuse pouvant entraîner déformations et paralysies. Sans traitement curatif connu, seule une vaccination massive est capable de faire reculer efficacement la pandémie. Si le virus est officiellement éradiqué en Europe, en Chine, sur le continent américain et australien, la maladie reste aujourd'hui un important problème de santé public dans de nombreux pays d'Afrique et d'Asie. Les pays encore affectés par la maladie sont l'Afghanistan, l'Égypte, l'Inde, le Niger, le Nigeria et le Pakistan. Cette persistance s'explique par des problèmes d'hygiène mais aussi pour des résistances idéologiques. Au Nigeria, on soupçonne l'occident de véhiculer via le vaccin Sida et stérilité.

Au Pakistan, la gouvernement s'est engagé à financer le VPO (vaccin antipoliomyélitique oral) mais l'opposition à la vaccination compromet largement l'effort visant à éradiquer la maladie du territoire.

Mercredi 19 décembre, un homme a été blessé lors d'une attaque visant les bénévoles d'une campagne anti-polio. Six personnes avaient déjà été abattues durant ces dernières vingt-quatre heures près de Peshawar, dans des zones tribales repaires de talibans et de groupes liés à al-Qaeda. Devant la multiplication des attaques visant les humanitaires oeuvrant contre la polio, les autorités ont dû suspendre temporairement la vaccination dans certaines provinces.

"Nous tenons une réunion d’urgence avec nos donateurs et n’avons pas d’autres choix que de reporter cette campagne. L’annonce officielle sera faite après la réunion" a expliqué un des responsables des campagnes de vaccination. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Unicef dénoncent des actions qui "privent les populations les plus vulnérables du Pakistan, et principalement des enfants, des soins les plus essentiels".

Pourtant, c'est sous la pression de certains imams que des milliers de parents refusent encore que leurs enfants se fasse vacciner contre cette terrible maladie. Selon certaines autorités religieuses, le vaccin contiendrait du porc, rendrait infertile et serait financé par l'Occident pour affaiblir la communauté musulmane. Les vaccins sont considérés comme "haram", c'est-à-dire impures.

Les talibans interdisent catégoriquement le vaccin. Ils considèrent par ailleurs que ces campagnes de vaccination servent à infiltrer la population afin d'espionner leurs ativités à l'instar de l'"affaire Afridi", la fausse campagne de vaccination contre l'hépatite B qui avait été organisée par la CIA pour dénicher Oussama Ben Laden.

Depuis l'été dernier, au moins 10 personnes qui participaient aux campagnes ont été tuées.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017