Excite

Pape François 1er : les signes distinctifs

Il suffit de voir à quel point la population et pas seulement la communauté catholique est enjouée par l'élection de ce nouveau Pape pour en déduire que son prédécesseur n'inspirait pas la sympathie de la majorité. Mais a t-on raison de se féliciter de la décision du conclave ? Quels sont les atouts autobiographiques et les zones d'ombres de ce pape argentin ?

  • Pour commencer Jorge Mario Bergoglio se trouve être le premier dans diverses catégories :
  • il est le premier pape latino-américain, le premier jésuite soit le premier représentant de l'ordre de la compagnie de Jésus, et le premier pape non-européen de l'histoire moderne.

  • Latino-américain certe mais d'origine italienne de par son père et sa mère. Ne dit-on pas que le diable se cache dans les détails ?

  • Jorge Mario Bergoglio est un fan de football et supporte en particulier l'équipe de San Lorenzo de Almagro dont il a la carte d'adhésion, ce qui lui confère un certain style et une certaine humanité. On le sait admirateur de Messi et de Maradona.

  • Autres éléments autobiographiques susceptibles de le rendre plus proche de ses fidèles : jeune, il a été fiancé (!!!), il a travaillé en tant que technicien en chimie, il s'est diplomé en philosophie, il a enseigné la littérature et la psychologie durant 3 ans à Santa Fe et à Buenos Aires, il a été recteur de la faculté de théologie et de philosophie de San Miguel pour gravir ensuite les échelons de la hiérarchie ecclésiastique. Jean-Paul II lui-même le nommera évêque auxiliaire de Buenos Aires le 20 mai 1992

  • Bergoglio est un fils d'immigré, un fervent défenseur des pauvres et démunis qui a toujours préféré une vie simple en n'hésitant pas à aller oeuvrer dans les bidonvilles argentins. Il s'est battu tout au long de sa vie contre les problèmes de misères considérant que la pauvreté était une violation des droits de l'homme. Le choix de son nom renvoie au Saint-François d'Assise qui dédia sa vie aux plus misérables. On dit de lui qu'il "écoute deux fois plus qu'il ne parle et perçoit bien plus que ce qu'il écoute". En quelles langues ? Le nouveau Pape parle l'espagnol, l'italien, l'allemand et le latin.

  • Certains le disent conservateur, d'autres progressiste, d'autres encore réformiste. Ses opinions en matière de droits civiles ne diffèrent pas tellement de celles de ses prédécesseurs : il est contraire au mariage des prêtres, contraire au mariage homosexuel (et s'est trouvé en désaccord à ce sujet avec l'actuelle présidente d'Argentine Cristina Kirchner), contraire à l'euthanasie et à l'avortement.

  • Parmi les zones d'ombre il faut citer l'enquête d'Horacio Verbitsky et son livre 'El Silencio' qui accuse le nouveau pape d'avoir entrainé la torture de deux jeunes sacerdotes contestataires aux temps de la dictature militaire en Argentine (qui a fait 30 000 disparus, 15 000 fusillés, 9 000 prisonniers politiques, et 1,5 million exilés). "L'Église d'Argentine est l'une des plus contestées d'Amérique latine pour sa passivité, voire sa complicité, à l'égard de la dernière dictature militaire de 1976-198" selon le spécialiste Paula Paranagua."Le national-catholicisme était l'idéologie dominante des forces armées, qui comptaient avec la bénédiction de la hiérarchie de l'Église. Contrairement aux Églises du Brésil et du Chili, qui ont joué un rôle capital dans la défense des victimes de la répression et dans la lutte pour les libertés, le clergé argentin a montré une indifférence coupable face aux horreurs commises. Les religieux et religieuses solidaires des Mères de la place de Mai n'étaient pas soutenus par leurs supérieurs, et ont payé parfois de leur vie leur fraternité".

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017