Excite

Plan de sauvetage pour aider la Grèce

L'accord qui a été trouvé ce mardi matin entre les pays de la zone euro est sans précédent. Même si on a justement l'impression que l'Europe a déjà bien aidé la Grèce jusque là, il s'agit aujourd'hui d'éviter une faillite pure et simple du pays, qui pourrait avoir des conséquences extrêmement lourdes pour l'Europe.

Même si le problème de la récession ne sera pas réglé pour autant, cette aide qui survient après 13 heures de tractations entre les différents ministres des finances de l'Union monétaire apporte de l'espoir à un pays qui en a bien besoin. En effet il suffit de regarder le journal de 13 ou 20 heures une fois tous les 3-4 jours pour voir de nouvelles manifestations plutôt houleuses à Athènes.

Jean-Claude Juncker, le premier ministre luxembourgeois, a notamment parlé d'un "accord de grande ampleur" devant permettre de "garantir l'avenir du pays dans la zone euro", un signe fort que l'Europe n'abandonnera pas la Grèce, même si de nombreux économistes sont convaincus que le sort de ce pays est inéluctable.

Un premier prêt de 130 milliards permettra ainsi à la Grèce de faire face aux dettes jusqu'à la fin de 2014. L'autre part du prêt constitue en un effacement de la dette du pays détenue par des créanciers privés, des fonds d'investissement et des banques, qui accepteront une perte de 53.5%.

Grâce à ces messures qui bien entendu satisfont la Grèce, le pays pourra assurer l'échéance de remboursement expirant le 20 mars prochain,et rembourser 14.5 milliards d'euros. Mais les plans d'austérité continuent de forcer les Grecs à se serrer la ceinture, qu'ils soient jeunes, chômeurs, employés ou retraités. Il faudra donc espérer que ces nouvelles aides, qui incluent également la présence d'une surveillance renforcée permettront effectivement au pays de prendre un nouveau départ, qui pourrait conduire l'Europe vers un certain équilibre.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017