Excite

Prisons : le bout du tunnel pour les surveillants ?

Il aura fallu 7 heures de négociations dans les locaux du Ministère de la Justice entre les représentants syndicaux des surveillants pénitenciers et le gouvernement pour aboutir à un accord très tôt ce matin.

Dans la nuit de mercredi à jeudi les trois principaux syndicats s'étaient réunis Place Vendôme pour tenter de négocier de nouveaux accords suite à l'échec de la discussion mercredi. Rachida Dati, Garde des Sceaux, a d'ailleurs rejoint la table des négociations peu après 21h30 alors que la déléguée de la CGT-pénitentiaire venait, elle, de la quitter se disant "ulcérée par l'absence de propositions concrètes"

"Des progrès sensibles"

Au final ce sont 174 nouveaux emplois de surveillants qui ont été promis, soit presque le double de postes par rapport à ce qui avait déjà été accordé en février dernier avec les 177 créations prévues. C'est vers 2h00 du matin que cet accord a été accepté par FO et UFAP, les deux syndicats restés sur place. Celui-ci propose un nouveau plan en 13 points et les acteurs syndicaux présents ont déclaré qu'il présentait de "réelles avancées" et des "progrès sensibles".

"Le compte n'y est pas"

Ce nouveau projet d'accord devrait être soumis aujourd'hui à l'ensemble des surveillants qui décideront la poursuite de la grève ou non. Cependant, au 3ème jour de blocage des prisons, certains sites continuent l'action. Ils ont en effet estimé que "le compte n'y est pas" malgré la satisfaction affichée des syndicats à la sortie de la réunion la nuit dernière.

C'est le cas par exemple de la prison de la Santé à Paris. A Fleury-Mérogis dans l'Essone "une assemblée générale est convoquée pour midi et le personnel votera pour ou contre la poursuite du mouvement" selon les déclarations de Gérard Ferjul de l'UFAP.

Photo : top.news.fr

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017