Excite

Quels sont les "douze salopards" du conclave ?

  • Getty Images

Le Snap (The Survivors Network of those Abused by Priests), une association américaine de victimes de sacerdoces pédophiles, vient de publier un index des cardinaux qui auraient minimisé ou couvert les crimes de pédophilie et qui se trouvent aujourd'hui à l'intérieur du conclave : la liste des "douze salopards".

"Nous voulons dire aux prélats qu'ils arrêtent de prétendre que le pire est passé" concernant les scandales des prêtres pédophiles, car "malheureusement le pire est sûrement à venir", prévient l'association fondée par Barbara Blaine, elle-même victime d'abus sexuels par un prêtre aujourd'hui défroqué. "Le scandale n'a pas encore été dévoilé dans la plupart des pays".

Si le nom de la liste fait directement référence au film "The Dirty Dozen" de Robert Aldrich dans lequel douze criminels sont mandatés pour tuer des généraux nazis en échange d'un amnistie, c'est pour rappeler que l'association est prête à utiliser tous les moyens pour en finir avec la politique du silence à l'intérieur de l'Eglise catholique.

La publication de cette liste des "douze salopards" a l'objectif de faire pression sur le conclave. Les cardinals présents sur l'index ne doivent pas être selon l'association, "papabili".

Voici la liste délivrée telle quelle par le Snap : Oscar Rodriguez Maradiaga (Honduras), Norberto Rivera Carrera (Mexique), Marc Ouellet (Canada), Peter Turkson (Ghana), George Pell (Australie), Tarcisio Bertone (Italie), Angelo Scola (Italie), Leonardo Sandri (Argentine), Dominik Duka (République tchèque), Sean O'Malley (Etats-Unis), Timothy Dolan (Etats-Unis) et Donald Wuerl (Etats-Unis). Marc Ouellet, cardinal de Québec, et Angelo Scola, de Milan.

Selon le Snap, en Afrique, en Asie et en Amérique latine, là où la justice est moins présente ou efficace, le nombre de crimes de pédophiles est largement sous-estimé. De nombreux scandales n'ont pas encore été révélés.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017