Excite

Rob Ford, le maire de Toronto s'excuse : "oui j'ai fumé du crack"

  • gawker.com

Rob Ford, le maire de Toronto est passé à table. Après des mois de déni, et alors que des rumeurs toujours plus grandes planaient à son sujet, il a finalement avoué avoir fumé du crack durant son mandat. Si grave que ça ? Le maire de Toronto, pour qui il s’agit d’un seul moment d’égarement, s’excuse pour le mauvais exemple donné, mais désire tourner la page et aller de l'avant. Is it vrai ?

"Oui, j’ai fumé du crack. Suis-je accro ? Non. Ai-je essayé ? Probablement pendant une de mes idiotes soirées d’ivresse, probablement il y a un an. […] Oui, j’ai fait des erreurs. Tout ce que je peux faire désormais, c’est présenter mes excuses et tourner la page" a déclaré honteux Rob Ford.

L’affaire a commencé en mai dernier lorsque le rédacteur en chef d’un média online, John Cook prétendait avoir vu le premier homme de la ville fumer du crack dans une vidéo. Et l’histoire n'a cessé par la suite de se compliquer et de s’assombrir.

Rob Ford en effet aurait rassuré son entourage en disant que la cassette en question se trouvait en sécurité "car il savait où elle était". L’adresse qu’il avait alors évoqué était celle d’un jeune dealer réputé pour fournir de la drogue aux hommes importants de la ville, et aperçu plusieurs fois en compagnie du maire de Toronto.

Anthony Smith, ce dealer de 21 ans, a été retrouvé mort au mois de mars devant une boîte de nuit. Et même si la police pense à un simple règlement de comptes entre revendeurs de drogues, un voile de suspicion a été jeté sur l’homme politique qui brigue un nouveau mandat à Toronto.

Élu depuis 2010 à la tête de la quatrième plus grande ville d’Amérique du Nord, Rob Ford, 44 ans, s’était déjà fait remarqué pour ses écarts de conduite et ses "états d’ébriété". Il avait déjà admis son goût pour le cannabis et avait d’ailleurs été reconnu coupable en 1999 de possession de cette drogue. Cette dernière révélation a suscité des réactions en chaîne dans la classe politique canadienne.

Pour Janina Kean, responsable d’un centre de réhabilitation pour les toxicomanes, le crack "une des substances créant l’une des plus fortes dépendances et si quelqu’un en fume, il a alors un sérieux problème de toxicomanie".

Mais à ceux qui demandent sa tête et ses démissions, le maire de Toronto répond que non seulement il portera a terme son mandat (jusqu’en octobre 2014) mais qu’il se représentera.

"Il y a du travail sur lequel nous devons avancer et d’importantes décisions que nous devons prendre", a déclaré Rob ford, avant d’ajouter "le passé est ce qu’il est".

Le scandale a d’ailleurs nettement profité à la côte de popularité du maire qui a gagné 5 points en une semaine. L’image de "l’homme simple" a visiblement ému une partie des habitants de la ville et l’a rendu plus proche. Une idée pour les personnalités politiques en chute libre dans les sondages…

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017