Excite

Rubygate : condamnation à 7 ans de prison pour Berlusconi

"Une sentence d'une violence inouïe". C'est ainsi qu'a réagi Silvio Berlusconi à l'annonce de sa condamnation en première instance à 7 ans de prison et l'interdiction à vie d'exercer la moindre fonction publique dans le "procès Ruby".

Le tribunal de Milan a reconnu l'ex-président du Conseil coupable et sans circonstances atténuantes d'abus de pouvoir et de prostitution de mineure.

Au terme de deux ans de procès, le "Rubygate" ou le scandale du Bunga Bunga dans la villa d'Arcore, s'est soldé par une condamnation exemplaire créant une onde de choc dans toute la classe politique, opposition confondue.

"J'étais absolument convaincu qu'ils m'auraient acquitté car dans les faits il n'y avait vraiment aucune raison de me condamner. Pourtant cette sentence incroyable a été émise, d'une violence jamais vue ni entendue avant, pour tenter de m'éliminer de la vie politique de ce pays". s'est indigné Il Cavaliere.

"Il ne s'agit pas seulement d'une page de justice mal faite, c'est une vexation faite à tous les italiens qui ont cru en moi et qui ont eu confiance en mon action pour le pays. Mais moi, encore une fois, j'entends résister à cette persécution car je suis absolument innocent et je n'ai vraiment pas l'intention d'abandonner ma bataille pour faire de l'Italie un pays réellement libre et juste" s'est encore défendu Silvio Berlusconi.

Car la sentence est encore plus sévère que celle requise par le procureur Ilda Boccassini qui avait demandé 6 ans de prison. Le tribunal formé par les femmes Orsola De Cristofaro, Carmela D'Elia et présidé par Giulia Turri a également demandé à ce qu'une longue série de témoins -pour la plupart celles que la presse a surnommé les "Olgettine"- soient poursuivis pour faux témoignage.

Quant à Karima El Maurogh alias Ruby "voleuse de coeurs", elle se verra confisquer les biens déjà séquestrés et risque elle aussi un procès pour faux témoignage.

Ces condamnations ne sont toutefois pas encore définitives. Berlusconi est très habile dans l'art de la prescription grâce au rallongement à l'infini des temps de ses procès. Il a déjà annoncé son intention de faire appel.

Dès novembre prochain la Cour de cassation devrait par contre se prononcer de manière définitive sur une autre condamnation en suspens pour fraude fiscale (4 ans de prison et 5 ans d'interdiction d'exercer un mandat public).

Berlusconi peut encore faire jouer ses soldats en place pour lui sauver la peau en faisant passer par exemple des lois au Parlement. Pourquoi pas une amnistie générale par exemple ?

Légende de la photo : "Ils ont dit seins ?" "Non, sept !"

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017