Excite

Santé: 77 médicaments à surveiller

La prise de conscience est rapide. L’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) ne veut plus d’autres scandales à l’image du Mediator. Elle a renforcé sa surveillance sur 77 médicaments potentiellement dangereux.

Lundi 31 janvier, en fin d’après-midi, l’Afssaps dévoilait une liste de soixante dix-sept médicaments et douze familles de médicaments à risque. Placés sous surveillance renforcée, ceux-ci auraient des molécules qui feraient l’objet d’une enquête de pharmacovigilance. Concrètement, leurs risques d’effets indésirables vont être étudiés à la loupe. L’agence recommande néanmoins de les 'interrompre en aucun cas sans avoir consulté un pharmacien ou un médecin'.

Les médicaments antidouleur

Parmi les plus sensibles, on retrouve ceux contenant du dextropropoxyphène (Di-Antalvic, Propofan et l’ensemble des génériques associés). Ils feront l’objet d’un retrait d’autorisation de mise sur le marché le 1er mars. D’autres médicaments font l’objet d’une proposition de retrait: le Noctran (troubles du sommeil) ou le Buflomédil (vasodilatateur).

La leçon du Mediator aura donc permis une accélération des démarches. Ce médicament anti-diabète produit par les laboratoires Servier et utilisé dans la plupart des cas comme coupe-faim aurait provoqué la mort de 500 à 2.000 patients. En 2006, ses dangers sont soulignés par la Haute autorité de santé (HAS). Il est retiré du marché en 2009. Et une famille a porté plainte en 2010.

Photo: carevox.fr

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017