Excite

Sarkozy: deux ans après, quelles réformes?

Le plus hyperactif des chefs de gouvernement n’a pourtant pas un bilan à la hauteur de ses ambitions. Omniprésent sur le devant de la scène, il baisse dans les sondages, est paralysé par une crise mondiale ou se fait voler la vedette par les syndicats en grève.

Pourtant à l’aise et sans dépeindre un tableau trop noir, voici les principales mesures qui ont ou n'ont pas été actées par Nicolas Sarkozy.

Sur le plan fiscal
L’exonération des droits de succession, la déduction des sommes investis dans les PME (jusqu’à 50 000 euros) sur l’ISF, le bouclier fiscal à 50% sont actés. Reste en suspens les 15 milliards d’allègements fiscaux, qui ne devraient représenter que 7,7 milliards.

Pour les salaires et le pouvoir d’achat
Le RSA remplace le RMI, les premiers paiements se feront au 1er juillet. Le service minimum dans les transports semble être bien engagé, les syndicats se sont mis d’accord pour améliorer l’information. L’exonération des heures supplémentaires de cotisations sociales et d’impôts sur le revenu est effective depuis l’été 2007 (loi Tepa).

Niveau santé et social
Un minimum vieillesse et une allocation adultes handicapés seront revalorisés de 25% d’ici à 2012. La réforme de l’hôpital est loin d’être actée, les débats restent difficiles entre le Parlement et le ministère de la Santé.

Emploi et retraites
La fusion ANPE-Assedic est effective depuis janvier. L’alignement de la durée de cotisation des régimes spéciaux sur le régime général, et le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partants à la retraite sont actés. Le contrat unique de travail n’est pas, les CDI, CDD et contrats aidés sont renforcés.

Côté éducation et jeunesse
La carte scolaire est assouplie et non pas supprimée. Les études dirigées dans tous les établissements scolaires sont instaurées depuis la rentrée 2008. L’autonomie pour les universités le souhaitant: loi votée (20 universités sur 83 autonomes depuis le 1er janvier 2009). Emploi des jeunes et formation qualifiante: 1,3 milliard d’euros sur la table fin avril.

Justice
C’est le statu quo. La loi sur les mineurs récidivistes de 16 à 18 ans traités comme des adultes a été abandonnée. Un conseil supérieur de la magistrature composé majoritairement de non magistrats n’est pas encore en place.

Pour le reste
La construction de 700 000 logements supplémentaires sur cinq ans n’est pas réalisable. La création d’un ministère de l’Immigration et d’un ministère du Développement durable a été faite. La ratification du traité de Rome (traité simplifié) est en cours au niveau européen.

Photo: jeune-garde87.org

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017