Excite

Syrie : les rebelles forment des enfants soldats

  • Getty Images

Syrie : le conflit qui oppose les rebelles au régime de Bachar el-Assad depuis 2011 s'enlise chaque jour un peu plus dans ce que d'aucuns appellent une guerre civile, d'autres un conflit confessionnel. Dans ce contexte de force d'opposition désorganisé, toute main armée est bonne à prendre. On voit ainsi de plus en plus d'enfants intégrer les formation rebelles. Des adolescents destinés à devenir "des machines à tuer".

Le sergent déserteur Abderrazaq et opposant du régime prend en main la formation de ces adolescents : "Quand ils arrivent ici, ce sont des enfants. Mais quand ils sortent, ils sont devenus des machines à tuer". Et d'ajouter : "Les enfants sont les meilleurs soldats que je connaisse. Tu commandes et ils obéissent. Un adulte, lui, va poser des questions. Ces enfants (...) ne mettent rien en doute".

"Je suis très fier de mon fils. Je sais qu'il deviendra un bon soldat", s'exclame Abou Kamal le père d'une ces jeunes recrues et combat au sein de l'armée rebelle (ASL), aux côtés de ses oncles et cousins.

Les adolescents sont excités à l'idée de partir se battre, à l'instar de Sobhi, 15 ans. "J'en avais assez de rester à la maison à attendre que mon père et mes frères rentrent du front et me racontent leur guerre. Je veux y aller moi-même et la voir de mes propres yeux".

Autre témoignage : Moustapha, 14 ans. Il répète ce qu'il entend probablement en famille. "Je veux lutter pour ma famille et mon pays, et si je dois donner ma vie, je suis prêt".

"Sans un bon entraînement, ils mourraient rapidement", explique encore le sergent Abderrazaq, fier de la formation qu'il dispense à ces adolescents.

Le recrutement d'adolescents répond à un manque d'effectif au sein de l'armée de la formation rebelle. "Le problème, c'est qu'il n'y a plus d'adultes dans les villages, du coup ce sont les enfants qui suivent une formation militaire" explique encore Abderrazaq, un militaire de 38 ans.

Le conflit syrien a généré déjà plus de 60.000 morts en 22 mois selon l'ONU. es adolescents, souvent encouragés par leur famille pourraient s'ajouter à ce lourd bilan. Le recours à des personnes de moins de 18 ans "en position de combat ou de soutien aux combattants" est pourtant une violation du droit international.

En plus de défier la juridiction concernant le droit des enfants, les groupes rebelles agitent ces recrutements comme des étendards à la gloire de leur patrie. Des vidéos souvent cruelles mettant en scènes des enfants présentés avec orgueil comme étant les plus jeunes combattants de la Syrie sont abondamment diffusées par les partisans du régime.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017