Excite

Turquie : l'homme debout, ou la force du pacifisme

  • Getty Images

Comment défier un gouvernement qui répond par la force à des mouvements de contestation populaire ? "L'homme debout" (duran adam) est le scénario de rebellion imaginé par le chorégraphe Erdem Gündüz. Le lundi 17 juin, il s'est présenté place Taksim frappée par l'interdiction de manifester, debout, immobile, imperturbable, impassible. En silence, il a bravé le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.

Le chorégraphe a passé plus de cinq heures sur la place. Arrivé avant la tombée de la nuit, il a été ensuite rejoint, imité, suivi. Et c'est ainsi que la protestation pacifique d'Erdem Gündüz s'est enracinée au coeur d'Istanbul dans cette même place qui a été vidée samedi soir à coups de canons à eau et de gaz lacrymogènes.

Le chorégraphe avait projeté de mener cette action durant un mois, en alternant 24 heures d'immobilité et trois heures de repos. Des amis devaient le relayer et le ravitailler. Le duran adam a eu un écho immédiat sur les médias sociaux qui jouent, on le sait, un rôle de premier plan dans ce "printemps turc". Le hastag #Duranadam a été l'un des plus utilisé dans nuit de lundi.

Le chorégraphe stambouliote a été épaulé par ses amis qui ont empêché les curieux de s'approcher de lui. "Nous voulons le protéger de toute provocation. Il faut qu'il soit seul au milieu de la place, sinon la police prétextera un rassemblement pour disperser tout le monde" explique une de ses complices.

Erdem Gündüz est imité. Une dizaine de jeunes s'immobilisent et fixent comme lui le portrait géant d'Atatürk, le fondateur de la Turquie moderne. Cet acte de solidarité met de fait un terme au happening.

Des appels à quitter les lieux résonnent dans toute la place. La police intervient. "L'homme debout" s'éloigne, aussi pacifiquement qu'il est arrivé. D'autres sont arrêtés et mis dans un bus. Le ver est pourtant dans le fruit. Les contestataires qui cherchent de "nouveaux moyens de manifester" ont peut-être trouvé une nouvelle forme d'expression pacifique. Il sera plus difficile pour le gouvernement Recep Tayyip Erdogan de lutter contre les symboles.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017