Excite

Un cauchemar nommé Eurostar

En prenant place dans l’Eurostar, vendredi soir à Londres à 21h, les 640 passagers ne se doutaient pas embarquer pour un voyage galère: un trajet de 12 heures!!!

Il en effet 9h13 à Paris quand tout le monde arrive enfin à Paris, samedi. Cet incident, d’une ampleur rare, a été jugé scandaleux par Dominique Bussereau, le secrétaire d’Etat aux Transports. Une enquête technique a été lancée par la SNCF et ses résultats attendus aujourd’hui, lundi, doivent être remis au Ministère.

Car pour la SNCF, ce retard record est surtout une catastrophe pour l’entreprise. Dont l’origine revient à une succession de problèmes. Retour sur les faits:

A priori, d’après les premiers éléments disponibles, il semblerait que ce soit une rame qui soit à l’origine des problèmes, et non la ligne en elle-même. Car au départ, tout se passe bien pour les passagers en provenance de Londres de l’Eurostar de 21h. Il franchit même le tunnel sous la Manche sans encombre. Mais à l’autre bout de la ligne, un Eurostar Paris-Londres est mis en alerte après qu’un voyant s’est allumé. Décision est alors prise d’opérer à un changement de train pour les voyageurs, en gare de Lille. Chaque rame reprenant alors la direction de sa gare de départ. Si les voyageurs du Paris-Londres arrivent sans soucis à quai, ceux du Londres-Paris rencontrent des ennuis. Leur train tombe en panne dans la Somme. Pour les récupérer, la SNCF décide donc d’envoyer une autre rame pour les remorquer… sauf que les deux rames sont défectueuses et ne peuvent être solidement attachées l’une à l’autre.

L’attelage se voit alors contraint de suivre son itinéraire à l’allure sénatoriale de 60 km/h, ce qui est faible pour un train à grande vitesse. Comble du désagrément pour les voyageurs, le peu d’information distillée par la SNCF à bord de la rame… Bref, la galère!

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017