Excite

Un jeune homme se suicide après avoir écrit à Sarkozy

Rémy Salvat avait écrit en mai dernier, une lettre au président de la République, lui demandant qu’on abrège ses souffrances. Atteint d’une pathologie dégénérative rare (une maladie mitochondriale), depuis l’âge de six ans, le jeune homme de 23 ans a reçu le 6 août, une réponse négative de la part de Nicolas Sarkozy.

Résidant dans le Val-d’Oise, à Valmondois, Rémy Salvat s’est suicidé dimanche 10 août, n’en pouvant plus de son état. Sa mère expliqua: "Ces derniers mois, il ne pouvait plus marcher, son bras lui faisait aussi de plus en plus mal". Rémy était au plus mal jour après jour. Il ne voulait pas devenir un légume, stade où il n’est plus possible d’interrompre sa vie.

Il a décidé de se donner la mort avec des médicaments. L’Elysée n’a jusque lors fait aucun commentaire. Dans sa lettre, adressée au président Sarkozy, Rémy Salvat disait: "Comme Vincent Humbert, je demande à ce moment qu'on me permette de mourir pour me libérer de mes souffrances. Je sais qu'en France, il n'y a pas de loi qui permette aux équipes médicales de pratiquer l'euthanasie. Ca m'empêche de vivre en paix (...) Il faut que la loi change!".

En réponse, Nicolas Sarkozy lui adressait: "Pour des raisons philosophiques personnelles, je crois qu'il ne nous appartient pas, que nous n'avons pas le droit, d'interrompre volontairement la vie".

Rémy a été retrouvé dans la nuit de samedi à dimanche dernier, dans sa chambre, mort. A côté de lui, il a laissé un enregistrement dans lequel, il souhaite "que ses parents poursuivre son action pour qu'il y a un vrai débat public sur le droit à l'euthanasie et au suicide assisté, pour que d'autres ne vivent pas cela".

Photo: Flickr

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017