Excite

Un nouveau président russe

Hier soir, Dmitri Medvedev l’a emporté avec une large majorité: 70,22% des votes. Mais, après cette élection sans enjeu, le suspense n’étant pas pesant, le nouveau président Medvedev saura-t-il cohabiter avec Poutine?

C’est une situation inédite. Le Premier ministre, Poutine sera cependant en dessous du président qui choisit (et renvoie…) le chef du gouvernement, nomme les dirigeants de la Défense, de l'Intérieur, des services secrets et de la Justice, conduit la politique étrangère, possède le code nucléaire et dirige les armées.

Un Président d'autant plus fort que son autorité a été accrue par la verticale du pouvoir mise en place depuis huit ans, avec notamment la suppression de l'élection des gouverneurs de régions désormais nommés de fait par le Kremlin. Poutine pourrait donc, dans ses nouvelles fonctions, perdre son influence face à Medvedev. Car, malgré son caractère réputé mou et ses initiales promesses de loyauté, le dauphin devrait comme tout successeur s'émanciper. Poutine s'est bien lui-même affranchi d'Eltsine.

L'autre scénario, plus probable, est celui de l'autorité renforcée du Premier ministre avec une réorganisation de l'exécutif obtenue dans les faits ou par un changement constitutionnel.

"Le Président définit les grandes priorités des politiques intérieures et extérieures. Mais le pouvoir exécutif suprême dans le pays, c'est le gouvernement et le Premier ministre", a insisté Poutine, en ajoutant qu’il ne suspendrait pas la photo du Président dans son prochain bureau…

En dix-sept ans d'amitié professionnelle commune, Medvedev a toujours fait carrière dans l'ombre de Poutine. Le rapport "élève professeur" entre les deux hommes a laissé ses marques psychologiques. Désormais officiellement inversé, leur rapport "Président Premier ministre" sera une affaire de caractères mais aussi, avec un rapport de forces entre clans.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017