Excite

Une directive anticorruption en Russie

Les fonctionnaires russes devront bannir de leur vocabulaire toute phrase pouvant être perçue comme une demande de pot-de-vin. « Ce n’est pas un merci qui va me mettre du beurre dans les épinards, c’est un problème complexe, mais pas insurmontable, il faut des arguments plus convaincants » : autant d’expressions dans le collimateur du Kremlin, recensées dans une directive du ministère du Travail destinée à tous les fonctionnaires.

Cette directive s’intitule officiellement : Liste des recommandations en vue de la mise en pratique d’un ensemble de mesures organisationnelles, explicatives et autres afin d’empêcher les responsables de la fonction publique de se comporter d’une façon qui pourrait être perçue par leurs interlocuteurs comme une demande ou comme l’acceptation d’un pot-de-vin. Tout un programme.

Ce document anticorruption épingle aussi l’incontournable « dogovorimsia » - autrement dit : « on va bien trouver un terrain d’entente », et le « du coup, qu’est-ce qu’on fait ? ». Cette attitude chère aux fonctionnaires russes en mal de roubles sonnants et trébuchants. Les serviteurs de l’Etat sont également invités à proscrire certains sujets dans leurs échanges avec le public, note le journal Moskovski Komsomolets. Plus question de se plaindre de leur salaire, du chômage de leur proches ou de faire part de leur envie de s’acheter « telle ou telle chose ». La directive déconseille en outre d’accepter des cadeaux de plus de 3 000 roubles (75 euros) - une somme coquette pour beaucoup.

Aux termes d’un projet de loi en cours d’élaboration, tout fonctionnaire qui dépense plus qu’il ne gagne et ne peut justifier cet excédent sera limogé, rapporte l’agence de presse RIA Novosti. Selon ses opposants, qui ne se privent pas d’aborder le sujet sur les réseaux sociaux, Vladimir Poutine serait lui-même le plus corrompu des hauts fonctionnaires russes.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017