Excite

Une lacune du tableau périodique des éléments comblée

Le potentiel d’ionisation de l'astate a été publié dans la revue Nature Communications. Cela pourrait aider les chimistes à développer des applications de cet élément dans le domaine de la radiothérapie contre le cancer ou servir de repère pour des théories prédisant la structure des éléments super lourds, a indiqué l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) dans un communiqué.

Le potentiel d’ionisation d’un élément est l’énergie nécessaire pour arracher un électron à l’atome, ce qui le transforme en ion. Cette valeur est liée à la réactivité chimique de l’élément, et, indirectement, à la stabilité de ses liaisons chimiques dans les composés.

L’astate n’existe sur la Terre qu’à l’état de traces. Mais une équipe de physiciens de l’installation de faisceaux radioactifs ISOLDE a pu produire des isotopes artificiels d’astate au moyen de réactions induites par les protons, puis utiliser des lasers à longueur d’ondes modulable pour étudier leur structure atomique par une technique appelée spectroscopie par ionisation résonante par faisceaux laser au niveau de la source.

Les physiciens d’ISOLDE ont mesuré le potentiel d’ionisation de l’astate à 9,31751 électronvolts. Cette mesure comble une lacune du tableau périodique, l’astate étant le dernier élément présent dans la nature pour lequel cette propriété fondamentale restait à ce jour inconnue.

L’astate est un élément particulièrement intéressant parce que ses isotopes sont des candidats pour la création de produits radio pharmaceutiques pour le traitement du cancer par thérapie alpha ciblée (méthode permettant de bloquer la croissance des cellules cancéreuses).

Cette valeur mesurée expérimentalement servira également de repère pour les théories qui prédisent les propriétés atomiques et chimiques des éléments super lourds, en particulier l’élément 117, récemment découvert, un homologue de l’astate.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017