Excite

Violences au Tibet

Depuis le début de la semaine, des moines tibétains manifestent à Lhassa (Tibet), pour une indépendance du pays et pour commémorer le 49ème anniversaire du départ forcé du dalaï-lama.

La Chine affirme cependant avoir “maté” les manifestations et rammené le calme dans la capitale tibétaine en milieu de semaine. Une soixantaine de moines auraient été arrêtés. Pékin, en effet, a affirmé sa volonté de réprimer toute activité séparatiste. Les moines tibétains réclament le retour au Tibet de leur chef spirituel, le dalaï-lama, qui vit en exil depuis 1959. Ils protestent, en outre, contre la mainmise chinoise au Tibet.

Vendredi, les manifestations ont repris à Lhassa, où plusieurs personnes ont été tuées lors de violences. Les autorités chinoises sont ainsi intervenues dans la capitale tibétaine, à coup de tirs de mitraillette. Des incendies se sont également déclarés sur le marché de la ville, qui entoure le principal monastère de la capitale.

Les manifestations se répandent
Les revendications ont repris dans des provinces chinoises à forte population tibétaine: environ 200 personnes emmenées par des moines bouddhistes manifestaient vendredi après-midi à Xiahe, au nord-ouest de la Chine, puis bloquées par les forces de l'ordre.

Les violences de ces derniers jours étaient prévisibles puisque le 10 mars est une date sensible pour les tibétains. En effet, le 10 mars 1959 a eu lieu un soulèvement de la population tibétaine, pour protéger le dalaï-lama qui menaçait d'être enlevé ou tué. Tandis qu'il réussissait à s'échapper déguisé en chinois, des milliers de tibétains étaient tués. Trente ans plus tard, en mars 1989, un autre soulèvement a été réprimé, avec plus de 400 morts.

Mainmise de la Chine
Soucieux de préserver ses relations avec la Chine, le Népal a annoncé vendredi qu'il fermerait au mois de mai l'accès au sommet de l'Everest, au moment du passage de la flamme olympique, afin d'empêcher toute manifestation de soutien aux Tibétains.

La Grande -Bretagne a fait part de son “inquiétude”: “La situation des droits de l'Homme au Tibet est un sujet de véritable préoccupation pour nous. Nous l'évoquons régulièrement auprès des autorités chinoises. Nous souhaitons voir la question tibétaine prise en compte d'une manière pacifique”, a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Le mouvement est en train de se répandre à d'autres villes que Lhassa, comme Kantsé ou Labrang. Aujourd'hui où l'information circule très vite, d'autres monastères pourront être encouragés à manifester. Les révoltes risquent d'être sanglantes.

A l'heure des Jeux Olympiques en Chine, seulement quelques personnalités ont décidé de refuser de s'y rendre, comme Steven Spielberg ou le Prince Charles, pour manifester leur soutien a un Tibet emprisonné.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017