Excite

Violences en Guadeloupe

La Guadeloupe est en proie à une montée de violence après un mois de grève générale et de conflit social qui s'enlise.

Violences

Après un mois de grève générale dans l'île, le conflit social en Guadeloupe a débordé dans la nuit de mardi à mercredi avec plusieurs actes de violence contre des magasins, des voitures et des policiers. Trois policiers et trois gendarmes auraient été blessés et au moins deux personnes arrêtées, selon différentes sources.

Certains pillards étaient cagoulés, d'autres armés, notamment de fusils à pompe à balles réelles, et des jeunes de 15 ans faisaient partie des bandes qui ont affronté la police, selon la Préfecture et la Mairie.

Appel au calme

Devant cette flambée de violence, qui a vu des magasins pillés à Pointe-à-Pitre et dans sa banlieue, le gouvernement français par la voix de son porte-parole Luc Chatel et le leader du collectif des opposants (LKP) Elie Domota ont de concert appelé au calme.

Une centaine de jeunes auraient affronté un dispositif de 200 policiers. L'hélicoptère qui amenait le colonel de gendarmerie a été pris pour cible. Les rues de la capitale sont bloquées par des barrages de véhicules en flammes et désertées par la population qui ne peut plus circuler.

Ils ont dit

Elie Domota (LKP): "ne mettez pas votre vie en danger, ne mettez pas la vie des autres en danger... ne répondez pas à la provocation", tout en demandant le retrait des gendarmes.

Luc Chatel: "le message du gouvernement, c'est d'abord de lancer un appel au calme, c'est le plus important".

Photo (Pointe-à-Pitre le 17 février): AP Photo/Dominique Chomereau-Lamotte/lapresse.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017