Excite

Yves Saint Laurent: la vente du siècle

La maison Christie’s officie en maitresse de cérémonie, la vente la plus éphémère de ce siècle. Une rencontre entre Saint Laurent et Bergé en 1958 a suffi pour que les deux esthètes s’enivrent d’art et de culture.

Ce n’est pas seulement beau. La contemplation avoisine l’exceptionnelle, les pièces sont rares, presque intouchables. On sent d’emblée l’atmosphère d’une passion qui a unit durant un demi-siècle le couturier et son homme d’affaires. Les objets d’art, sculptures, tableaux de maître (Ingres, Picasso, Matisse) ont été choisis à deux, "à quatre mains et quatre yeux", souligne François de Riglès, vice-président de Christie’s France.

L’enchère est rare. 733 œuvres d’art sont présentées à la vente au Grand Palais à Paris du 23 au 25 février. L’ensemble est estimé entre 200 et 300 millions d’euros, bien plus selon les spécialistes. Le résultat servira à lutte contre le sida, chère à Yves Saint Laurent et Pierre Bergé.

Deux visionnaires, une passion

Le coup de foudre fut immédiat. En 1958, Saint Laurent avait 21 ans, et triomphait chez Dior avec sa collection Trapèze. Bergé avait 28 ans, et vivait pour l’art. Une union passion les mène en 1961 à ouvrir leur propre maison de couture. Saint Laurent à la création, Bergé aux affaires, le couple ne s’est plus quitté, jusqu’en juin 2008, au décès de l’artiste.

Ces amoureux des arts et cultures ont cultivé un jardin secret qu’ils exposaient à un groupe restreint d’amis venus contempler le sublime rue de Babylone en 1972 (demeure du couple) puis rue Bonaparte dans les années 80 (appartement de Bergé).

Des joyaux

Les bronzes de la Renaissance taquinent les arts premiers et l’art déco. Ces amateurs éclairés n’avaient qu’un seul souhait, que leurs objets soient de qualité. Une qualité devenue une addiction pour Saint Laurent, qui achetait sans compter. Bergé lui reprochait fréquemment: "Yves, on ne va pas chez Kugel comme on va chez Prisunic!".

Plusieurs demeures du couple (Deauville, Marrakech, Tanger) renferment encore de nombreux trésors, notamment des peintures de Matisse, que le maître venait peindre pour le couturier.

Photo: Wolfiewolf, Flickr (Fauteuil aux dragons d’Eileen Gray - Tableau et buste Henry Togna et Burne Jones)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2022